« HORLOGERIE ANCIENNE » – UNE ENTREPRISE RARE DONT LE BUSINESS N’EST PAS MENACE PAR LES DERNIERES INNOVATIONS

 

 

 

 

 

Un beau matin, dans une petite rue passante pas très loin de chez moi, je découvre une belle devanture. On dirait que le temps s’y était arrêté. « Horlogerie Ancienne », marquée au-dessus de la vitrine… J’imagine un vieux monsieur, derrière l’établi.

Quelque temps plus tard, toujours curieuse de cette découverte,  je décide d’y rentrer. Et j’y trouve une jolie femme, même pas mon âge. Elle, c’est Christine-Renée Chaligné, horlogère et spécialiste du 17ème, 18ème et 19ème siècle. Mais surtout du 17ème.

« Mon grand-père de cœur, blessé à la guerre, n’a pas pu avoir d’enfant. Il a pris mon père sous son aile et lui a transmis tout ce qu’il faut savoir sur l’horlogerie du 18ème et 19ème . Mais sur le 17ème, ce n’est que mon grand-père qui le détenait. »

Souffrant de la maladie Parkinson déjà en 2002 alors qu’il perdait son fils, parti trop tôt, le grand-père décide de se faire soigner pour pouvoir transmettre toutes ses connaissances et techniques du 17ème, à sa petite fille. Aujourd’hui, Christine-Renée est presque la seule à le détenir.

Ses clients ? Des salles de ventes (Christie’s et Sotheby’s), des collectionneurs, des puciers (« mais le 17ème n’est pas très à la mode »), et des particuliers.

« L’autre jour, un monsieur m’a apporté une horloge, retrouvée chez son arrière-grand-mère. On l’a restaurée avec mon fils, à 4 mains. » Oui, son fils aussi, suit la tradition familiale.

La restauration n’est pas que celle de la mécanique. C’est aussi la reconstitution à l’identique, par rapport à l’époque. Toutes les pièces manquantes sont à créer la main, comme ce pied d’horloge et d’autres morceaux qui ont disparu au fil des années.

Et pour l’aider ? Ses beaux livres reliés en cuir, et datant du 17ème, 18ème, lui servent de manuels. Ils décrivent les techniques utilisées. Comme ce livre de 1773, offert par un Horloger Mécanicien du Roi et de La Marine, dédié à sa Majesté. Dedans, la construction des horloges et les calculs nécessaires pour prouver leur justesse. Des vrais scientifiques, ces gens. Même aujourd’hui.

La relève ? Elle semble compliquée. Un apprentissage de plus en plus raccourci, des jeunes « horlogés » trop pressés par le temps. Limer à la main? Ah non. Plutôt découper au laser. « Pour eux, faut que ce soit immédiat ». Ironiquement, on peut dire que le temps n’a plus de valeur pour eux…

Le marché de l’ancien est pourtant porteur !! Et peu de concurrence. Une situation idéale, du point de vue marketing.
Pourtant, si ce business n’est pas menacé par les innovations, le métier semble l’être…

Mais aujourd’hui, fouillez dans le grenier de votre grand-mère, achetez aux enchères, ou demandez une jolie petite horloge ancienne pour votre anniversaire. Et courrez voir Christine-Renée, si vous avez besoin d’aide!

Horlogerie Ancienne │ 4 Rue Edgar Quinet, 93400 Saint-Ouen │01 40 11 82 65

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *